En France ou à l'étranger,
le problème est le même.
Pour Buba, Baby, Samba... Agissons !

Buba est la dernière éléphante de cirque aux Pays-Bas. Le pays a interdit la présence des animaux sauvages dans les cirques depuis 2015. Si cela est une bonne nouvelle pour de nombreux animaux captifs, en revanche pour Buba, cela ne changera en rien son calvaire. Buba est autorisé à rester au sein du cirque qui l’exploite. Elle serait trop violente, selon ses propriétaires, pour être placée avec des congénères. 

Lire la vidéo

Capturée et exploitée depuis plus de 40 ans...

Que ce soit en France ou à l’étranger, les éléphants de cirque possèdent les mêmes problèmes. Depuis plusieurs mois, nous travaillons en secret sur le cas de l’éléphante Buba du cirque Freiwald. Pour cela, nous avons fait appel à plusieurs ONG et à plusieurs personnes ayant pu approcher l’éléphante africaine.

Buba est une éléphante africaine, âgée de 45 ans. Elle fut capturée au Zimbabwe, alors qu’elle n’était qu’un éléphanteau. Et comme pour les autres éléphantes africaines issues du prélèvement en milieu naturel, sa capture est probablement le signe de nombreux décès parmi les siens. Elle entre au cirque en Europe au début des années 1980. En 1992, elle sera achetée par le cirque actuel pour tenir compagnie à l’éléphante Kenya – aujourd’hui décédée. Mais alors qu’elle est enregistrée en Allemagne, Buba et ses humains ne tournent plus sur le pays mais aux Pays-Bas. 

Lechmee, Maya, Baby, Samba... le même discours :

Vous rappelez-vous des éléphantes qui ont été exploités – ou sont toujours exploités – sur le territoire français ? Lechmee souffrait de cataracte, Maya était anti-sociale et violente envers ses congénères, Baby est handicapée d’une patte ou encore Samba qui vît sans congénères depuis toujours! Buba réunit quasiment les mêmes caractéristiques que les quatre éléphantes. Seule, elle serait violente envers les autres éléphantes. L’autre point commun entre toutes ces éléphantes ? Elles ont toutes souffert de très fortes stéréotypies lié au stress !

Et c’est pourquoi, du au fait qu’elle aurait été violente dans sa jeunesse et qu’elle aurait la réputation d’être antisociale, Buba ne sera pas placée comme l’exige la loi. Rappelons pourtant, qu’en France, l’éléphante Maya souffrait des mêmes symptômes, et a quand même pu être placée dans un zoo. Ce n’était donc pas une excuse valable. Mais si le cirque est bien autorisé à garder son éléphante, ce n’est QUE provisoirement. De plus, si sa présence au sein de la ménagerie est tolérée, Buba n’a pas le droit de se produire sous le chapiteau. 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

le 30 juin 2020,
le passe-droit du cirque prendra fin !

À la date du 30 juin 2020 [repoussé au mois de janvier 2021 à cause de la pandémie liée au COVID__19], le passe-droit accordé au cirque terminera. Une décision devra être prise pour Buba. Trois choix s’offriront alors : soit le Ministère décidera de prolonger la détention de Buba, soit le cirque sera autorisé à vendre ou louer Buba à un établissement Allemand ou lui offrir une retraite au sein d’un parc zoologique ou sanctuaire. Nous soutenons la décision du sanctuaire Elephant Haven d’accueillir Buba.

Lire la vidéo

Notre combat pour Elephant Haven :

Nous avons joint le sanctuaire Elephant Haven pour savoir si ces derniers pourraient accueillir l’éléphante. Leur réponse est oui, et cela fait plusieurs mois qu’ils le proposent. Comme les propriétaires du sanctuaire ont pu nous expliquer, le fait que Buba soit agressive ou antisociale n’est pas un problème en soi puisque Buba sera la première pensionnaire. Le sanctuaire possède également les connaissances adéquates pour lui venir en aide. Enfin la superficie du sanctuaire permettrait à Buba, si cette dernière est réellement antisociale, de décider ou non si elle veut échanger avec d’autres éléphants. Dans les prochains mois, des contrôles pourraient avoir lieu afin de savoir si Buba serait apte à voyager jusqu’en France. 

Plus que jamais, c’est à nous de jouer ! Contactons ensemble, et en grande quantité, le Ministère aux Pays-Bas, pour leur faire savoir que nous, Français, sommes prêts à épauler Elephant Haven dans leur demande de retraite définitive pour Buba. Nous souhaitons que Buba puisse terminer sa vie tranquillement, dans notre sanctuaire, et rencontrer dans un avenir proche d’autres éléphants et créer des liens sociaux. Avec nos deux partenaires aux Pays-Bas :  Signez la pétition (en français) !

Notre pétition (en français) pour Buba :

Nous avons, en accord avec un de nos partenaires sur le cas de Buba, lancé une pétition en français afin de toucher le plus de monde possible sur le sort de Buba. Celle-ci a pu être transmises au Ministère sur place. Après avoir été signée plus de 68 000 fois, nous espérions voir arriver l’aube d’un nouveau jour pour cette vieille éléphante si longtemps exploitée et au destin brisé. Si la décision a été prise [voir plus bas], nous ne lâcherons rien. Nous continuerons notre combat en France pour voir Buba arriver au sein du sanctuaire. 

Mis à jour :

C’est le 1er décembre 2020 que la décision finale a été rendue : Buba ne s’envolera pas vers la France. Au contraire, elle est autorisée à rester au sein du cirque. Les circassiens ont notamment mis sur la table que Buba pourrait être en manque de compagnie humaine et se montrer agressive. Selon le Ministère, la décision a été prise sur la base de ce qu’il y aurait de mieux pour Buba. Pourtant, avec la crise sanitaire, de nombreux cirques à travers le monde rencontrent des problèmes financiers. Freiwald n’y échappe pas. Alors comment est-il possible que le meilleur pour Buba soit de rester dans cet environnement ? Cette décision a été attaquée en justice par de nombreuses associations sur place, demandant que l’éléphante puisse enfin s’envoler vers Elephant Haven. Nous les soutenons !

Buba par Animals Right